videosurveillance nvr dvr

Quel enregistreur choisir pour
son système de vidéo surveillance ?

La vidéosurveillance : le meilleur moyen de se protéger face aux cambriolages

Ce site est dédié aux enregistreurs spécialement adaptés aux systèmes de vidéo surveillance et vise à fournir des renseignements techniques les concernant. Dans un premier temps, il est bon de préciser qu’au-delà de la vidéosurveillance, un des moyens les plus fiables pour protéger un bâtiment des intrusions reste l’installation d’un système d’alarme. Il convient de rappeler, toujours dans cette optique, que dans l’immense majorité des cas, une sonnerie d’alarme permet de mettre en fuite les intrus.

Néanmoins, et comme aucun système n’est infaillible à 100%, l’idéal est de coupler son alarme à un système de vidéosurveillance. Grâce à cette double protection, on dispose non seulement d’un très grand potentiel de dissuasion (combien sont les cambrioleurs assez déterminés pour tenter de s’introduire dans un lieu à la fois équipé de caméras de surveillance et d’un système d’alarme ?) mais également de la possibilité de surveiller son habitat en temps réel ou de visualiser les images a posteriori si un incident a eu lieu.

Si les bons résultats des systèmes de vidéo surveillance sont aujourd’hui incontestables, encore faut-il savoir quel matériel privilégier. Il existe deux grandes familles de caméras, analogiques ou numériques, et deux types d’enregistreurs, les enregistreurs DVR (Digital Video Recorder) et les enregistreurs NVR (Network Video Recorder). En fonction des besoins propres à chaque usager sont préconisées des solutions différentes. Ce texte a pour objectif de revenir dans le détail sur les différences notables entre les enregistreurs DVR et les enregistreurs NVR et d’orienter l’utilisateur vers le meilleur choix pour son système de vidéosurveillance.

Analogique et numérique : quelles différences ?

Afin de comprendre les explications fournies plus bas, il est nécessaire d’effectuer un bref rappel de notions en ce qui concerne les procédés « analogiques » et « numériques ».

L’analogique et le numérique sont deux technologies utilisées pour le transport de données (audio, vidéo, etc.). Pour les retranscrire, il faut les enregistrer sur un support. Le système analogique « capture » le signal (son, mouvement, etc.) de manière linéaire et continue alors que le numérique n’enregistre que quelques valeurs du signal sous forme de points plus ou moins rapprochés. Pour schématiser, le rendu d’un enregistrement analogique prend donc l’apparence d’une courbe, alors que celui d’un enregistrement numérique est une succession de points.

S’il n’est pas faux de penser qu’un signal analogique serait dès lors plus « fidèle » à la réalité que le numérique, c’est oublier que le numérique permet des ajustements et des retouches en aval de l’enregistrement que ne permet pas l’analogique. D’autre part, les signaux analogiques faiblissent à certains endroits de la transmission et sont ainsi sujets à des pertes de données, ce qui n’arrive jamais au cours d’une transmission numérique puisque celle-ci utilise des points qui ne sont rien d’autre que des valeurs chiffrées. En clair, la reproduction de données en analogique est susceptible de subir des pertes, contrairement à la reproduction en numérique.

Ces explications permettent d’introduire le chapitre suivant, consacré aux enregistreurs DVR et NVR.

Quelles différences entre un enregistreur DVR et un enregistreur NVR ?

L’enregistreur est le cœur de chaque système de vidéosurveillance. Il est relié aux caméras et permet de stocker leur flux vidéo. Tout enregistreur, qu’il soit DVR ou NVR, encode les images en numérique avant de les traiter. Mis à part cette fonction principale, les enregistreurs utilisés dans des systèmes de vidéo surveillance permettent également de piloter les caméras, ajuster la netteté de l’image et le zoom à distance, configurer des horaires d’activation ou encore paramétrer la sensibilité de la détection de mouvement.

Il convient de bien distinguer les deux types d’enregistreurs de vidéo surveillance dont il est question ici, ce qui n’est pas toujours aisé au premier abord puisqu’on les qualifie tous deux de « numériques ». Ainsi, un enregistreur DVR va compresser numériquement du flux vidéo analogique avant de le stocker sur un disque dur. Bien que l’on parle pour le DVR d’enregistreur « numérique », on se réfère ici à la technologie de stockage et de compression et non directement aux images vidéo transmises. Ceci explique que l’enregistreur DVR devra dès lors s’installer à proximité des flux analogiques. Pour ce qui est des enregistreurs NVR, ils enregistrent directement les images en numérique à partir du réseau IP.

La différence essentielle entre ces deux enregistreurs est donc qu’un enregistreur DVR stocke des données provenant des caméras analogiques alors que l’enregistreur NVR enregistre lui des images issues de caméras numériques.

Le choix de son enregistreur dépend donc avant tout des caméras de surveillance que l’on compte lui associer. Des caméras filaires « classiques » et analogiques s’utilisent avec un enregistreur DVR alors que des caméras IP nécessitent un enregistreur NVR. Ce dernier ne dispose pas de ports analogiques. Si l’utilisateur désire à tout prix utiliser un enregistreur NVR avec des caméras analogiques, il a néanmoins la possibilité d’utiliser un encodeur vidéo, transformant ainsi sa caméra analogique en caméra IP.

Points forts et points faibles de l’enregistreur DVR et de l’enregistreur NVR

Points forts de l’enregistreur DVR :

  • Il offre la possibilité d’intégrer de nombreuses options paramétrables (la résolution de l’image, la quantité d’images/seconde, les plages horaires d’enregistrement, etc.).
  • Il est très pratique quand les caméras de son système de vidéo surveillance peuvent toutes facilement être reliées par câbles BNC jusqu’à un local où se trouve l’enregistreur DVR.
  • Les enregistreurs DVR haut de gamme disposent aujourd’hui de ports réseau de connectique RJ45 et ont la capacité de définir une adresse IP aux caméras, dès lors accessibles via le réseau Ethernet.

Points faibles de l’enregistreur DVR :

  • La faiblesse majeure de l’enregistreur DVR est le grand nombre de câbles dont il a besoin pour fonctionner, ce qui peut être handicapant en fonction de l’architecture de son intérieur et des éventuels travaux ou aménagements que cela peut nécessiter.

Points forts de l’enregistreur NVR :

  • Les enregistreurs NVR n’ont besoin que d’un réseau informatique et d’un espace pour stocker les données (à savoir le disque dur). A partir de ces deux seuls éléments indispensables, ils sont fonctionnels.
  • De ce fait, les enregistreurs NVR peuvent s’installer à n’importe quel point du réseau, aussi bien si l’on parle du réseau d’un point de vue informatique que physique : concrètement, l’enregistreur NVR peut ainsi s’installer où on le désire : dans un local spécialement dédié à la surveillance, près de ses caméras, etc.
  • L’enregistreur NVR enregistre et diffuse les vidéos de manière simultanée, c’est-à-dire en multiplex. Chaque enregistrement peut être visualisé à distance et au même moment par plusieurs utilisateurs disposant des autorisations requises. Cette fonction renforce grandement la protection de son logement. On peut donc paramétrer un accès à différentes personnes (famille, voisins, amis, etc.) afin qu’ils puissent garder un œil sur son habitation en toute circonstance.

Ponts faibles de l’enregistreur NVR :

  • L’enregistreur NVR, pour la consultation à distance, est dépendant du bon fonctionnement de sa connexion. En cas de panne ADSL par exemple, il devient impossible de visualiser les images à distance. Néanmoins, ces dernières seront toujours disponibles sur le réseau local.

Quelles évolutions pour les enregistreurs ?

Les enregistreurs haut de gamme intègrent désormais des fonctions sophistiquées :

  • L’analyse des mouvements dans une séquence : l’enregistreur détecte automatiquement le mouvement dans une séquence et « marque » la scène d’une vignette. Si l’utilisateur veut visionner directement et sans perdre de temps la séquence où le mouvement a été décelé, il n’a plus qu’à se référer à la vignette, ce qui lui évite de devoir consulter plusieurs minutes voire plusieurs heures de vidéos avant de trouver ce qu’il recherche.
  • La détection d’encombrement ou d’objet abandonné est en train de se mettre en place. Une option permet aussi de paramétrer un « sens de circulation » et détecter tout mouvement allant dans le sens inverse.
  • Dans un futur proche seront sans doute généralisées les fonctions de détection par forme, l’identification automatique de plaques d’immatriculation, l’analyse comportementale ou encore la reconnaissance des visages

Exemples de modèles d’enregistreur DVR et d’enregistreur NVR

L’enregistreur DVR-HDMI-AT16 de marque Atlantic’S est un enregistreur haute résolution capable de gérer jusqu’à 16 caméras de vidéosurveillance et de s’associer à une alarme de maison. Il intègre une fonction de consultation à distance par ordinateur ou mobile relié à internet. Il dispose entre autres des fonctions de paramétrage de plage horaire, de verrouillage des caméras et de détection de mouvement. Cet enregistreur DVR est l’un des plus modernes du marché.

L’enregistreur NVR HIK-DS7608 8 voies Hikvision est capable de piloter jusqu’à 8 caméras IP et permet la consultation des images en temps réel et à distance depuis n’importe quel terminal connecté à internet ou directement via le réseau local. Il offre la possibilité d’intégrer 2 disques durs de 4Tb chacun, ce qui représente des centaines d’heures de vidéos. Il supporte une résolution d’enregistrement allant jusqu’à 5 Mpx et est compatible avec toutes les caméras IP. A tous ces égards, il est l’un des enregistreurs NVR les plus complets et les plus polyvalents qui soient.